Comment se déroule les obsèques au Japon ?

Comment se déroulent des obsèques au Japon ?

Quelles sont les traditions et coutumes ?

Découvrez dans cet article les rituels et traditions funéraires japonaises qui peuvent différer et varier d’une famille à une autre et d’une religion à une autre…



Assister à des funérailles japonaises permet de se faire une idée précise de la culture et de l’identité japonaise. La chose la plus courante que vous entendrez à propos des funérailles japonaises est qu’elles sont un mélange de traditions shinto et bouddhistes.

Entre traditions Shinto et bouddhistes

Le shinto, la religion indigène du Japon, est un ensemble de rituels, y compris les rites funéraires, issus de l’histoire culturelle complexe de l’archipel.

Les rites funéraires bouddhistes ont été introduits de l’extérieur, et sont censés aider le défunt à faire la transition entre la vie et l’au-delà, et la réincarnation s’il n’échappe pas au cycle des renaissances.

La pression la plus forte en faveur de la fusion des deux traditions est apparue en 1638, lorsque tous les ménages japonais ont été tenus de s’inscrire auprès d’un temple en tant que membres de la foi bouddhiste.

L’objectif n’étant pas d’interdire la pratique du shinto, mais d’éradiquer le christianisme. Des sanctuaires bouddhistes butsudan : (sanctuaire religieux dans les temples et les maisons des bouddhistes japonais) étaient alors installés dans les foyers japonais conformément à la loi, mais de nombreuses familles conservaient un sanctuaire shintoïste dans une autre pièce.

Actuellement, presque toutes les familles japonaises emploient un prêtre bouddhiste après un décès et participent aux rituels de sa secte. L’esprit dans lequel les amis et la famille abordent ces rituels reflète toutefois la tradition shintoïste.

Rituels funéraires japonais

Lorsqu’un Japonais décède, le corps est, dans la mesure du possible, ramené chez lui pour passer une dernière nuit sur son propre futon (matelas de coton de faible épaisseur, que l’on peut rouler, couchage traditionnel au Japon.). 

De la glace est appliquée autour du corps et celui-ci est recouvert d’un drap. Un tissu blanc recouvre le visage. Les membres de la famille immédiate, y compris les enfants de tout âges, et les amis du voisinage passent pour présenter leurs condoléances. Il n’est pas rare que les gens s’assoient avec le corps, le touchent et lui parlent, presque comme s’il était encore vivant.

Le lendemain matin, le corps est transporté, dans une lente procession, vers le lieu où se dérouleront les funérailles. Selon les moyens et les préférences de la famille, il peut s’agir d’un temple ou d’un établissement plus laïque. Dans certaines villes, on trouve à la fois un salon funéraire, un lieu d’hébergement et un crématorium.

Une fois la destination atteinte, le corps est habillé, placé dans un cercueil et emballé avec de la glace sèche. Le cercueil peut être une simple boîte en bois ou être décoré avec goût. Une fenêtre est percée dans le couvercle au-dessus du visage du corps. Il est ensuite placé devant un arrangement de lumières, de sculptures et de fleurs, évoquant le paradis. Un portrait du défunt est placé dans l’arrangement et de l’encens, qui doit rester allumé en permanence, est placé près du cercueil.

Préparation du corps du défunt

Les morts bouddhistes et shintoïstes (comme les morts de la plupart des cultures) reçoivent un dernier bain. 

Le corps du défunt est généralement lavé à l’hôpital et les orifices sont bouchés avec de la gaze ou du coton. 

Cependant des familles désirent laver elle-même le corps du défunt, leur offrant une dernière chance de s’occuper de leur défunt, mais il est de plus en plus courant de laisser cette tâche à l’hôpital. Le corps est ensuite habillé d’un costume (dans le cas d’un homme) ou d’un kimono (dans le cas d’une femme). Certains hommes peuvent être habillés en kimono formel, mais c’est devenu plutôt rare. Un spécialiste des cosmétiques de la morgue maquillera également le corps si nécessaire. 

Le corps est placé sur de la glace sèche dans une pièce de la morgue ou devant l’autel familial et les proches restent avec lui ou à proximité jusqu’au moment de le mettre dans le cercueil. À ce moment-là, tous les proches parents auront revêtu des costumes noirs et des kimonos noirs ou des robes noires.

Des personnes de la morgue arrivent et placent le corps dans le cercueil. Une fois le corps placé dans le cercueil, le corps est placé devant l’autel principal si la veillée et les funérailles ont lieu à la salle mortuaire ou devant l’autel familial si la veillée a lieu à la maison.

Veillée japonaise

Puis la veillée commence. Les invités arrivent avec des cadeaux en argent scellés dans des enveloppes spéciales attachées avec de la ficelle noire et blanche, que l’on peut trouver dans la plupart des papeteries. Le montant du cadeau varie en fonction de la proximité de la relation avec le défunt.

Le prêtre s’agenouille devant le cercueil pour chanter un sutra, et les membres de la famille immédiate s’avancent, un par un, pour présenter leurs respects au défunt. La forme exacte que prend ce rituel varie en fonction de la secte et du lieu.

En général, chaque personne en deuil prend de l’encens granuleux dans un bol, le porte à son front et le dépose sur un brûleur. Ils prient ensuite et s’inclinent devant le portrait. Les invités font de même, soit à leur suite, soit simultanément sur un autre autel, puis se tournent et s’inclinent devant la famille proche. 

Une fois que tout le monde a terminé ce rituel et que le chant du sutra est terminé, les invités partent, la famille proche et les parents proches se retirent à proximité et la veillée de la nuit commence. Celle-ci consiste généralement en un repas léger et informel accompagné de bière et de saké, de longues conversations et d’une nuit de repos.

Enveloppe remise à la famille du défunt pour aider la famille aux dépenses funéraires
Le jour des obsèques au Japon

Le lendemain matin, ils se lèvent, retournent à l’endroit où le défunt a été placé la veille, et toute la procédure est répétée. Il s’agit des funérailles proprement dites, et l’atmosphère et la tenue vestimentaire sont plus formelles. Le noir est la couleur à porter : un costume avec une chemise blanche et une cravate noire pour les hommes, une robe ou un kimono pour les femmes.

À la fin des funérailles, le cercueil est ouvert, et les fleurs de la composition sont remises à la famille et aux invités pour qu’ils les déposent dans le cercueil. Dans certaines traditions, le couvercle du cercueil est cloué en place à ce moment-là. Le cercueil est ensuite transféré au crématorium accompagné des personnes en deuil. La famille proche peut y répéter l’encensement. La tâche de faire fonctionner le four peut incomber au membre le plus proche de la famille ou être prise en charge par le personnel du crématorium. Pendant que le feu brûle, les proches se tournent vers le festin funéraire.

Crémation au Japon

Il faut savoir que les lois japonaises imposent le recours à la crémation des personnes décédées. Cela est dû, d’une part, à la croyance selon laquelle le feu dispose d’une vertu purificatrice. D’une autre part, étant donné la petite dimension du pays, la crémation s’avère être la solution adéquate afin que les cimetières n’occupent pas trop de place dans l’île.

Lorsque la crémation du corps est terminée, les proches se rassemblent dans une autre pièce où l’on apporte la dalle, qui dégage encore de la chaleur et porte les ossements restants. Le personnel du crématorium effectue généralement une sorte de visite guidée des os, en indiquant les indicateurs de maladie et l’effet des médicaments.

À l’aide d’une paire de baguettes spéciales (Une en bambou, une en saule : un pont entre deux mondes), ils choisissent un os du cou particulier qui semble contenir une figure de Bouddha assis. Ensuite, tout le monde, des personnes aux cheveux gris aux tout-petits, prend les baguettes et transfère les os dans un petit pot. Les mères peuvent encourager leurs enfants à prendre des os de la tête pour favoriser leur intelligence. D’autres peuvent prendre certains os pour combattre une maladie ou une blessure.

Commémoration Japonaise

Ce n’est pas la fin. C’est le début. Les ossements recueillis sont ramenés à la maison et placés sur un autel devant le butsudan (est un sanctuaire religieux dans les temples et les maisons des bouddhistes japonais), et y restent jusqu’à ce qu’ils soient enterrés dans la tombe familiale. Le portrait est accroché à proximité.

Le bouddhisme prescrit une série de cérémonies commémoratives après la mort. La forme de ces cérémonies est la suivante : un prêtre chantant des sûtras, des prières et de l’encens, elle est semblable à celle des funérailles, bien que beaucoup moins formelle. Elles se déroulent généralement au domicile de la famille proche.

La tradition bouddhiste stricte, prévoit des cérémonies tous les sept jours après le décès, puis tous les sept jours jusqu’au quarante-neuvième jour. Souvent, lorsque les proches n’ont pas les moyens de se déplacer ou de prendre sur leur temps de travail, une ou deux cérémonies seulement ont lieu avant le quarante-neuvième jour. Les 49 jours écoulés, l’urne est ensuite entreposée dans la tombe familiale. Cette étape est appelée le Shiju-Kunichi.

 C’est ainsi que commence la vénération d’un ancêtre japonais. Après la cérémonie du quarante-neuvième jour, le bouddhisme prévoit une autre cérémonie le centième jour, puis une cérémonie annuelle jusqu’à la cinquantième année.

Butsudan japonais
La célébration d’Obon

Au Japon, la cérémonie commémorative annuelle est remplacée par la célébration d’Obon, un jour férié de trois jours en août, au cours duquel les esprits des ancêtres sont censés retourner dans les foyers de leurs familles.

Les traditions d’Obon prennent diverses formes dans tout le Japon. Des lampes peuvent être allumées au butsudan, et de petits feux peuvent être allumés devant la porte pour guider les esprits vers la maison. Certaines familles se rendent sur le site de leur tombe, nettoient la tombe et « transportent » leurs ancêtres chez elles. La coutume consistant à faire flotter de petits « bateaux », le dernier jour, remplis d’offrandes de nourriture et d’une bougie sur une rivière ou sur la mer a été interdite dans la plupart des régions du Japon. Cette loi semble toutefois avoir eu peu d’effet sur cette coutume.